was successfully added to your cart.

Eliquide la réponse du professeur Dautzenberg

Eliquide la réponse du professeur Dautzenberg

Posted by | Information | No Comments

Eliquide la réponse du professeur Dautzenberg

Le professeur Dautzenberg, pneumologue à la Pitié Salpêtrière et président de la commission AFNOR sur la normalisation de la cigarette électronique était l’invité ce matin sur Europe 1 dans l’émission de Thomas Sotto. Il est revenu sur l’étude américaine sur le E-liquide et prouve que la cigarette électronique et le E-liquide sont beaucoup moins nocifs que le tabac qui lui tue des milliers de personnes en France par an « Ce qui tue c’est la tabac, pas la cigarette électronique ».

Voici son interview. Ecoutez la c’est très insructif.

Interview Eliquide la réponse du professeur Dautzenberg

 

120 professionnels de la santé pour la cigarette électronique

Posted by | Information | No Comments

120 professionnels de la santé pour la cigarette électronique.

Un appel vient d’être lancé par 120 professionnels de la santé pour la cigarette électronique à l’occasion des Premières rencontres de la Vape en France organisées par la Fivape et l’Aiduce sur le thème : »L’état et les associations anti-tabac : le scandale du rejet de la réduction des risques ». Ils sont tabacologues, médecins, pneumologues, addictologues et cancérologues et soutiennent la cigarette électronique en se basant sur le rapport du Public Health England selon lequel vapoter est 95% poins nocif que le tabagisme.
Ils estiment que la cigarette électronique est un outil formidable pour arrêter de fumer, d’ailleurs Philippe Presles répond aux détracteurs de la cigarette électronique ceci : »depuis plus de 10 ans que la cigarette électronique existe nous en sommes à zéro mort et zéro malade. »Il ajoute : »Les gens ont peur de la cigarette électronique alors que c’est un outil fantastique pour arrêter de fumer. Ils ont moins peur du tabac qui va les tuer et les rendre malade. »
Pour rappel, l’an dernier en 2014, 400000 personnes ont arrêté de fumer grâce au vapotage et le tabac a dans le même temps tué 74000 personnes.

 

Lexique de la cigarette électronique

Lexique de la cigarette électronique : termes indispensables

Posted by | Articles | No Comments

Lexique de la cigarette électronique : termes indispensables.

Lexique de la cigarette électronique qui vous permettra dans ce premier article de connaître les termes indispensables pour entrer dans le monde de la vape.  Un autre article sera publié par la suite pour les termes plus techniques.

All-Day : se dit du E-liquide qui vous conviendra le plus et que vous aller vapoter régulièrement.

Airflow : l’airflow est le système qui permet de refroidir le résistance et d’éviter la surchauffe de celle-ci. Cela permet d’avoir plus de débit de vapeur. L’airfflow se caractérise souvent par un trou plus ou moins large.

Atomiseur : Elément qui contient la résistance chauffante vaporisant le liquide. Il est le plus souvent constitué d’une tresse de fibre de silice sur laquelle est enroulé du fil résistif.

Batterie : Elle stocke l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de votre cigarette électronique. La tension libérée par celle-ci fournit du courant au fil résistif de l’atomiseur. Pour résumer plus une batterie est imposante plus elle sera autonome. L’autonomie de la batterie est exprimé en mAh (milliampère-heure).

Cartomiseur : Atomiseur + réservoir. Le réservoir est sous la forme d’une fibre de coton appelée aussi « bourre » qui retient le liquide.

Cigarette électronique : Outil qui permet l’évaporation d’un liquide pouvant contenir de la nicotine. La vapeur est ensuite inhalée de la même manière qu’une cigarette traditionnelle. Elle est composé de 3 partie : une batterie, un réservoir, une résistance chauffante.

Clearomiseur : Atomiseur + réservoir. Le réservoir est généralement transparent et le E-liquide est retenu dans un compartiment étanche.

Drip tip : C’est la pièce buccale qui s’attache à votre atomiseur, clearomiseur ou cartomiseur.

E-liquide : Liquide constitué en général de

  • Propylène glycol (PG)
  • Glycérine végétale (VG)
  • Arômes alimentaires
  • Nicotine

Si il y a plus de PG, le liquide est plus fluide mais aussi plus sec avec un dégagement de vapeur moyen.
Si il y a plus de VG, le liquide sera plus sirupeux, la vapeur sera plus dense et le goût sera plus sucré.

Hit : sensation de contraction de la trachée que recherchent les fumeurs. Le taux de nicotine ainsi que le taux de propylène glycol sont les 2 élements qui influent sur le hit.

Milliampère-heure (mAh) : Quantité d’énergie que la batterie peut restituer. Plus le « mAh » d’une batterie est importante, plus grande sera son autonomie.

Vapoteur/vapoteuse : Personne utilisant la cigarette électronique.

Tank : en anglais cela signifie réservoir. Cela désigne les réservoirs qui retiennent le E-liquide.

Débat sur la cigarette électronique au sénat

Débat sur la cigarette électronique au Sénat

Posted by | Information | No Comments

Débat sur la cigarette électronique au sénat.

L’Association Indépendante des Utilisateurs de Cigarette Electronique (Aiduce) a suivi avec une attention mêlée de consternation les débats et votes des amendements au projet de loi de santé relatifs au tabac et à la cigarette électronique, lors de la séance du mercredi 16 septembre 2015.

L’Histoire en retiendra, tout comme l’ensemble de la presse, que la seule santé qui ait sérieusement fait monter au créneau nombre de nos sénateurs, à l’occasion de débats portant sur un fléau tuant plus de 78.000 personnes par an en France, aura été celle du chiffre d’affaires des buralistes ! Ceux-ci auront ainsi été cités 53 fois dans le compte rendu de cette journée consacrée au débat sur un projet de loi de  » santé « .

Une fois de plus, la cigarette électronique, dont la dangerosité n’a jamais été établie, s’est trouvée au milieu de débats portant sur des questions de santé, tandis que le fléau de la véritable cigarette n’était que peu évoqué. Une fois de plus ont été dénoncés des ravages fantasmés de la nicotine – qui comme chacun sait se pare de vertus quand on l’emballe dans des patchs ou des gommes – alors que la morbidité du tabac est liée à sa combustion (monoxyde de carbone, goudrons, produits cancérogènes), ou encore l’insoutenable péril que ferait peser sur nos existences le « geste » de vapoter / fumer /  » séduire « . Certes, ce péril fantaisiste ne repose sur aucune étude, mais notre Ministre de la Santé l’a rêvé et c’est donc notamment sur cette spéculation qu’elle a ce mercredi encore étayé son discours pour tenter une nouvelle fois d’entraver le développement de la cigarette électronique.

Plusieurs sénateurs n’ont rien moins que proposé de passer par pertes et profits les centaines de boutiques spécialisées et les emplois attachés pour offrir généreusement la distribution de la cigarette électronique au monopole des débitants de tabac et des industries qui les alimentent. Il eut certes été si simple et discret de sacrifier la santé de trois millions de vapoteurs en les renvoyant chez leurs pourvoyeurs de cancer pour calmer la grogne montante. Fort heureusement ces amendements ont été écartés. Au moins aurons-nous eu la surprise d’apprendre que  » la très grande majorité (des buralistes étaient) des acteurs de la prévention du tabagisme et de la lutte contre le tabagisme « . Si on vous le dit…

L’AIDUCE avait pourtant fait valoir auprès de la commission et de nombreux sénateurs les indiscutables bénéfices, notamment en termes de réduction des risques, de la cigarette électronique en termes de santé aux fumeurs. Elle n’avait alors certes pas pris conscience que la santé se mesurait encore trop souvent à la chambre haute en termes de volume de ventes et de préservation de l’intérêt bien compris de certaines corporations et industries. Les données de l’INPES annonçant 400.000 personnes ayant abandonné le tabac grâce à la cigarette électronique furent ignorées, tandis qu’étaient reprises quelques sempiternelles antiennes :  » Nous connaissons les produits que contiennent les cigarettes électroniques mais ignorons tout des conséquences de leur utilisation « .

Certains représentants de notre peuple, rendons-leur cet hommage, ont malgré tout cru bon de faire état des bénéfices de la cigarette électronique en termes de réduction des risques ou d’avancer les récents résultats obtenus par le Public Health England, c’est-à-dire par les autorités de santé du Royaume-Uni, et la possibilité que la mystérieuse invention puisse malgré tout sauver des vies. Notre décidément imaginative ministre de la santé dénonça alors les résultats de cette étude du PHE comme dictés par les industriels du tabac et de la vape (dans un joyeux mélange). Nous sommes persuadés que ses homologues outre-Manche sauront apprécier les graves accusations que ces propos sous-tendent, et le cas que le gouvernement de l’Hexagone fait du sérieux de leurs travaux, de la probité de l’Independant Scientific Comitee on Drugs, ou de Monsieur Karl Fagerstrom lui-même. Que la ministre de Santé d’un pays où le taux de tabagisme dépasse les 30 % couvre de suspicion les travaux d’un autre chez lequel ce taux a chuté jusqu’à près de 18 % devrait nous interpeler. Quoi qu’il en soit, au moment des votes, la majorité des sénateurs présents, avec l’appui de l’avis de la commission, sut passer outre les propos séditieux de cette poignée de leurs collègues.

A l’inverse, Madame Touraine sut faire grand cas de l’étude JAMA et de ses conclusions hâtives et discutées, qui démontrent en substance que des jeunes qui mangent du poulet ont plus chances de manger un jour du bœuf que les jeunes végétariens, et qui confond l’essai et l’usage. Fort curieusement, Madame Touraine choisit également d’ignorer l’étude  » Paris sans tabac « , pourtant plus large et commandées par ses services, menée auprès des Parisiens plutôt que des Californiens et montrant qu’en France comme en Angleterre, le vapotage faisait baisser le tabagisme chez les jeunes.

Encore une fois le choix des études avancées dans les débats fut orienté, leur contenu filtré, les avis des pairs omis, et les scientifiques donnant une autre vérité ignorés ou diffamés. L’aveuglement volontaire doit-il bien guider la politique de santé publique de la République ?

En résumé, les véritables préoccupations de santé se seront surtout manifestées ce jour-là pour alerter sur les risques que pourrait éventuellement soulever la cigarette… électronique. Peut-être pas aujourd’hui mais… dans cent ans ! (Quand la science du moment ne vous permet pas d’argumenter selon vos besoins, il vous reste toujours la science-fiction. Malheureusement, n’est pas Jules Verne qui veut). En attendant ce très hypothétique futur, aucune promotion efficace d’une cigarette électronique permettant de réduire les risques liés au tabagisme n’aura été retenue.

L’AIDUCE tient donc à exprimer sa vive préoccupation devant le triste spectacle offert ce mercredi 16 septembre par une partie de la représentation nationale, qui a tombé hier les masques, et a révélé tout le cas qu’elle faisait des préoccupations touchant à la santé et à la durée de vie des français. Nous avions fait parvenir à chaque député et sénateur toute la documentation prouvant les bienfaits de la vape et leur expliquant le dispositif, et avions rencontré la commission avec l’appui de notre comité scientifique, mais sans doute aurions-nous plutôt du déverser quelques tonnes de légumes pour nous faire mieux entendre. Nous n’avons hélas que nos témoignages et notre santé pour seule richesse. Nous poursuivrons donc malgré tout et par toutes voies ses démarches pour faire reconnaître la justesse de nos analyses sur une invention susceptible d’améliorer de façon drastique la santé de nos concitoyens.

Source : Aiduce

E-liquide dangereux?

E-liquide dangereux?

Posted by | Information | No Comments

E-liquide dangereux?

Surprise ce matin au réveil, une nouvelle polémique est née sur l’utilisation de la cigarette électronique ou plutôt du E-liquide.
Selon la DGCCRF 90% des e-liquide serait dangereux! Enfin selon la plupart des médias. Les titres des journaux qu’il soit télévisé ou écrit sont tous très inquiétant.
Je me penche donc sur les arguments utilisés pour créer une nouvelle psychose nationale sur le vapotage.
Tout est parti d’une constatation de la DGCCRF en 2014 qui en faisant son travail a repéré que certains produits n’étaient pas aux normes.
Une enquète de celle-ci a donc débuté.
Ils ont remarqué que beaucoup d’étiquetage n’était pas aux normes qui sont par ailleurs très strictes en France.
En effet, il faut qu’il y ait sur le flacon une croix ou une tête de mort indiquant que le produit peut être irritant ou nocif par contact avec la peau. Je dit bien peut être personnellement du E-liquide j’en ai déjà eu plusieurs fois plein les mains et je ne me suis pas encore retrouvé aux urgences et j’ai encore tout mes doigts. De plus une autre loi interdit les photos sur les flacons de E-liquide qui pourrait attirer les mineurs (image de fruit par exemple…). Il faut savoir aussi savoir que les ingrédients doivent apparaitre en Français sur le flacon. Cela exclut tout les E-liquide venant de l’étranger.
Pour ce qui est des produits jugés les plus dangereux est donc retiré de la vente, au niveau des E-liquide, il faut comprendre les flacons dont le bouchon n’avait pas la norme de sécurité enfant.
Maintenant de plus en plus de normes sont appliqué (norme afnor XP D90-300-1 et XP D90-300-2) et le vapotage est de plus en plus sécurisé. Si la cigarette électronique est dangereuse, que dire de la cigarette alors qui tue des dizaines de milliers de personnes en France chaque année.
Encore une fois les médias se sont accaparés une études, qui au départ était sérieuse car la DGCCRF a fait son boulot, pour faire du sensationnel sans même se renseignés réellement sur l’impact que le dénigrement de la cigarette électronique peut avoir sur la santé des fumeurs.
La cigarette électronique peut aider à sortir du tabagisme et sauver des vies.
Pour plus d’informations vous pouvez télécharger le rapport de la DGCCRF datant du 17 Juin 2015.

Logo public health england

L’E-Cigarette 95% moins dangereuses que le tabac?

Posted by | Information | No Comments

L’E-Cigarette 95% moins dangereuses que le tabac?

Selon une étude anglaise de la Public Health England (PHE), la vape serait moins nocive que le tabac.

L’organisme gouvernemental anglais va même jusqu’à dire :

« Elles sont 95% moins dangereuses pour votre santé que les cigarettes normales. Quand accompagnées par un service professionnel d’aide au sevrage, elles aident la plupart des fumeurs à quitter le tabac. »

La PHE a intitulé un document « E-cigarette : Une mise à jour évidente » pour présenté son rapport sur l’e-cigarette.

Cliquez sur ce lien pour télécharger le rapport officiel en PDF

Peter Hajek et Ann McNeil sont entres autres 2 des directeurs de ces travaux.

Cet avis est soutenu par le Dr Dame Sally Davis , médecin en chef auprès du gouvernement britannique, qui reste cependant prudente dit ceci :

« Il existe toujours un manque de preuves quant aux effets liés à une utilisation à long terme des cigarettes électroniques . . . .elles ne devraient être utilisées que comme une aide au sevrage tabagique ».

Je souhaite que ce produit fasse son entrée sur le marché en tant que médicament homologué, ce qui offrirait aux consommateurs qui souhaitent l’utiliser comme une aide au sevrage tabagique une garantie en termes d’innocuité, de qualité et d’efficacité, en particulier au niveau des arômes utilisés, sur lesquels nous en savons toujours le moins en termes des risques d’inhalation ».

Autant dire que cette étude britannique est une grande avancée pour les habitants et les vapoteurs d’Outre-Manche en espérant que nos pouvoirs publics encore très frileux sur la cigarette électronique décide enfin de voir celle-ci comme une aide au sevrage du tabac et non comme une initiation à la cigarette et à ses ravages sur la santé.

Comparatif des taux de nicotine e-liquide et cigarette

Comparaison e-liquide et cigarette

Posted by | Articles | No Comments

Comparaison entre E-liquide et cigarette.

Il n’est pas facile de faire un parallèle entre la quantité de nicotine inhalée lorsque l’on vapote une cigarette électronique et la quantité de nicotine inhalée lorsque l’on fume une cigarette.
Toutefois le tableau ci dessous peut vous aider lors de votre premier achat de E-liquide à adapter au mieux votre consommation de nicotine selon vos habitudes.

Comparaison E-liquide et cigarette.
6mg 8mg 11mg 12mg 16mg 18mg
Cigarettes ultra légères
(0,1 mg de nicotine)
600
soit 30 paquets
800
soit 40 paquets
1100
soit 55 paquets
1200
soit 60 paquets
1600
soit 80 paquets
1800
soit 90 paquets
Cigarettes légères
(0,6 mg de nicotine)
100
soit 5 paquets
134
soit 6,7 paquets
184
soit 9,2 paquets
200
soit 10 paquets
267
soit 13,35 paquets
300
soit 15 paquets
Cigarettes classiques
(0,8 mg de nicotine)
75
soit 3,75 paquets
100
soit 5 paquets
138
soit 6,9 paquets
150
soit 7,5 paquets
200
soit 10 paquets
225
soit 11,25 paquets

Les informations sur le tableau ne sont pas exhaustive. Elles vous permettent juste d’avoir une idée sur le taux de nicotine à prendre lors de votre achat de E-liquide. C’est à vous ensuite de gérer votre consommation selon vos besoins.

Image première cigarette électronique

Histoire de la cigarette électronique

Posted by | Articles | No Comments

Histoire de la cigarette électronique

L’Histoire de la cigarette électronique commence au début des années 60. Le concept fut élaboré en 1963 par Herbert A. Gilbert qui déposa un brevet en 1965, il fut approché par diverses sociétés mais l’invention ne se commercialisa pas. En effet le concept était trop précurseur à l’époque car on ne parlait pas encore de la nocivité du tabac et la technologie de l’époque ne permettait pas de réaliser ce type d’invention.

Le premier dispositif destiné à simuler l’utilisation d’une vraie cigarette et rendue publique fut réalisé en 2003 par Hon Lik, pharmacien et ingénieur chinois fumeur invétéré et dont le père est mort d’un cancer du poumon. Ce dispositif est d’ailleurs au départ plus électrique qu’électronique. Il dépose un brevet en 2005 pour une cigarette sans fumée à pulvérisation électronique qui exploite la nébulisation par ultrason. Il commence la commercialisation en s’associant avec la société Golden Dragons Holdings.

La technologie de vaporisation par résistance chauffante a été inventée et brevetée vers 2009 par le chinois David Yunqiang Xiu. La cigarette électronique que nous connaissons aujourd’hui est alors inventée.

Les cigarettes électroniques sont fabriquées pour la plupart en Chine dans les villes de Shenzhen et Hong Kong.

L’histoire de la cigarette électronique ne fait que commencer. On estime à ce jour qu’il y a plus de 2 millions de vapoteurs régulier en France et ce chiffre ne fait qu’augmenter.

 

.